lundi 26 janvier 2015

TOP WINE POSTS 2014 / 10

Il y a 1 an, je vous proposais de découvrir mon best of des billets sur le vin écrits en 2013 par d'autres bloggeurs de  la glouglousphère :  mon  TOP WINE POSTS 2013.
Retrouvez mon article N°1 de l'année 2013   ici
 
Voici mon TOP WINE POSTS 2014.
J'espère que vous apprécierez, cette année encore, la lecture de ces posts et vous encourage à aller fouiller plus avant dans ces blogs, vous y découvrirez de merveilleux écrits…


TOP WINE POSTS 2014 / 10
Oenoblogue   Vinobusiness, Isabelle Saporta - Faites vous votre propre opinion

Pas très modeste, me direz-vous, de m'autoproclamer parmi les meilleurs. Certes... En fait, ce post, c'est vous-mêmes qui l'avez choisi comme votre préféré de l'année 2014. En effet, ce post a été vu 7 951 fois au cours de l'année écoulée. Il m'a valu de très nombreuses remarques et nombreux parmi vous ont partagé mon point de vue à contre courant de tout ce que l'on a pu lire (et vomir) sur le livre d'Isabelle Saporta.
Dans tous les cas, que l'on partage ou pas le propos de la Saporta, son bouquin aura marqué le monde du vin au cours de l'année 2014.
 

♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥
 
Vinobusiness, Isabelle Saporta - Faites vous votre propre opinion
Publié par  -  mardi 18 mars 2014
’’Ne vante ni ne critique, analyse la valeur.’’
 

Autant prévenir d’entrée de jeu : Vinobusiness n’est pas un livre gentil. C’est un écrit âpre et acide comme un mauvais vin. Un pamphlet ou plutôt un brûlot, contre le monde du vin. Celui de Saint-Emilion et des Grands Crus Classés en particulier. En cela, ce livre me fait penser au Mondovino de Jonathan Nossiter. D’ailleurs, Isabelle Saporta prévoit la réalisation d’un documentaire TV.
Comme Nossiter il y a 10 ans déjà, Isabelle Saporta a su mettre en confiance les personnalités qu’elle a interviewées ; elle a su les faire parler, les emmener là où ils n’avaient probablement pas envie d’aller…, pour mieux les poignarder. Pour mieux utiliser tout ce qu’ils avaient révélé, contre eux-mêmes. Elle tire sur tout ce qui bouge, tout ce qui passe à sa portée, et à boulets rouges. Les grands crus classés, les négociants (Moueix), les consultants (Michel Rolland, Alain Raynaud…), les critiques (Jean-Marc Quarin, James Suckling…), la presse spécialisée (RVF, Wine Spectator…), les interprofessions (CIVB, syndicats viticoles, INAO…), les oenologues, les laboratoires, les instituts de recherche, les banques, les pesticides, les produits œnologiques…
Avec une cible privilégiée : Hubert de Boüard. Peut-être que l’homme - à la fois membre de plusieurs interprofessions, propriétaire de Grand Cru Classé, consultant et œnologue - cristallise-t-il la vindicte de l’auteur…

Lire la suite sur le blog  Oenoblogue

Aucun commentaire:

Publier un commentaire