mardi 18 mars 2014

Vinobusiness, Isabelle Saporta - Faites vous votre propre opinion

’’Ne vante ni ne critique, analyse la valeur.’’
 
Autant prévenir d’entrée de jeu : Vinobusiness n’est pas un livre gentil. C’est un écrit âpre et acide comme un mauvais vin. Un pamphlet ou plutôt un brûlot, contre le monde du vin. Celui de Saint-Emilion et des Grands Crus Classés en particulier. En cela, ce livre me fait penser au Mondovino de Jonathan Nossiter. D’ailleurs, Isabelle Saporta prévoit la réalisation d’un documentaire TV.
Comme Nossiter il y a 10 ans déjà, Isabelle Saporta a su mettre en confiance les personnalités qu’elle a interviewées ; elle a su les faire parler, les emmener là où ils n’avaient probablement pas envie d’aller…, pour mieux les poignarder. Pour mieux utiliser tout ce qu’ils avaient révélé, contre eux-mêmes. Elle tire sur tout ce qui bouge, tout ce qui passe à sa portée, et à boulets rouges. Les grands crus classés, les négociants (Moueix), les consultants (Michel Rolland, Alain Raynaud…), les critiques (Jean-Marc Quarin, James Suckling…), la presse spécialisée (RVF, Wine Spectator…), les interprofessions (CIVB, syndicats viticoles, INAO…), les oenologues, les laboratoires, les instituts de recherche, les banques, les pesticides, les produits œnologiques…
Avec une cible privilégiée : Hubert de Boüard. Peut-être que l’homme - à la fois membre de plusieurs interprofessions, propriétaire de Grand Cru Classé, consultant et œnologue - cristallise-t-il la vindicte de l’auteur…
 
Vinobusiness est un livre animé de mauvaises intentions, rempli de méchanceté. Et c’est l’une des raisons qui lui ont valu le déferlement de critiques négatives auquel on a assisté depuis sa sortie début mars. Critiques acerbes, méchantes parfois, voire injurieuses. On traite la Miss Saporta de tous les noms. On critique la forme. ’’Mal écrit’’ pour beaucoup, voire ’’bâclé’’. On relève les coquilles, les redites, les lourdeurs, les redondances… Et la plupart des journalistes et des bloggeurs relayent le même message qui tourne en boucle. A se demander parfois si tout ce petit monde a lu le livre ou seulement les papiers des autres critiques... Mais on se garde bien d’aborder le fond. Ou alors on dit que le bouquin ne contient rien de vraiment nouveau. Que l’on savait déjà tout ça. Donnant par là même, plus de crédit à l’enquête de mademoiselle Saporta…
Car Vinobusiness est bien une enquête. 2 ans de travail dans le petit monde fermé du Vin. A Saint-Emilion, en Médoc, mais aussi en Bourgogne, en Champagne, à Monaco, en Chine… Dans les vignobles, dans les laboratoires d’œnologie, dans les Interprofessions, à la Fête de la Fleur, aux Primeurs… Incontestablement, un véritable travail.
Un travail qu’on ignore, qu’on dénigre. Qu’on traite de petit, sale et méchant. Comme on traite son auteur. Focalisant sur la forme et sur l’auteur, comme pour détourner du fond. Comme si on avait des choses à cacher. Comme si on avait peur de je ne sais quoi…
 
Pourtant, Isabelle Saporta pose de vraies questions.
Quel avenir pour la viticulture artisanale et familiale, face aux grands groupes investisseurs ? Quel crédit accorder aux classements des vins ? Quand on donne des centaines d’€ pour 1 bouteille de vin, en a-t-on pour son argent ? Les critiques vin sont ils réellement indépendants ? Quels sont les véritables dangers des pesticides pour le consommateur ?
Certes, le livre est tellement négatif, l’auteur est tellement critique, sur tout et sur tous, que cela lui enlève un peu de crédit. J’aurais aimé - un chapitre au moins - où l’auteur mette un peu de poésie, un peu de passion, un peu d’Amour… Le monde du vin, dans ses hommes et ses femmes, autant que dans ses bouteilles, en contient tant !
 
Il ne me revient pas de juger si tout ce qui est relaté par Isabelle Sapora dans Vinobusiness relève de la triste réalité du petit monde du vin Bordelais, ou de ses propres fantasmes dictés par je ne sais quels obscurs desseins. Mais il m’a semblé qu’une voie plus mesurée, au milieu d’un concert de critiques négatives, avait sa place.
 
Maintenant, arrêtez d’écouter les avis des uns et des autres ! Lisez Vinobusiness et faites-vous votre propre opinion !
  
Interview d’isabelle Saporta sur Les Echos TV  :

 

7 commentaires:

  1. Bravo Mademoiselle , ça fait du bien d'entendre ces vérités ! Ce monde des "grands" vins est devenu complétement fou . Ces bouteilles ne se boivent plus , c'est juste de la spéculation mais attention les arbres ne montent pas au ciel ...

    RépondreSupprimer
  2. Un grand bravo pour cet article.
    Actuellement, j'analyse la valeur de ce livre par sa lecture...
    Bien cordialement
    Nathalie

    RépondreSupprimer
  3. Après avoir lu quelques pages ou en librairie en plus de quelques vagues erreurs ou généralisation de mauvais goût, j'ai choisi de reposer le livre et de partir sans m'énerver...
    Pour travailler dans un grand groupe qui possède une grosse branche agro-alimentaire, je connais malheureusement trop ce genre de brûlot qui s'appuie sur les mauvaises pratiques de certains, sur les dires d'autres et sur quelques propos sortis de leur contexte pour dénigrer une profession, un secteur d'activité (saumon, plats cuisinés, vins, poulets, fruits et légumes...). La vérité n'est malheureusement ni dans ces propos acerbes, ni dans l'image idyllique que montrent parfois les interprofessions mais quelque part au milieu, entre des artisans respectueux ou pas, des investisseurs scrupuleux ou moins...
    Mais pourrait-on vendre un livre modéré ou en faire un film ?
    N'oublions pas ce que disait Paracelse :"Toutes les choses sont poison, et rien n’est sans poison ; seule la dose détermine ce qui n’est pas un poison". Ou bien plus récemment "La vérité est ailleurs".

    Cdlt

    Stéphane GIRY LATERRIERE

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends tout à fait qu'en regardant un extrait d'un film, on n'ai pas envie de visionner le film en entier. Mais cela ne permet pas de juger de la qualité réelle du film. J'ai réagi comme toi. Au début, j'ai feuilleté le bouquin et suis tombé sur un passage ou les œnologues sont attaqués en des termes très agressifs. J'ai réagi négativement. Mais après avoir lu le livre - et malgré le ton et la méthode, plutôt malhonnête de l'auteur - je continue à penser qu'il pose de bonnes questions.

      Supprimer
  4. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  5. j'ai lu le livre. C'est tres informatif, ca pose les bonnes questions. Pour les style on s'en fout. Bravo a Saporta pour son courage. Ca change des articles de complaisance dans les revues ou blogs de vin...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On est bien d'accord...
      J'ai aimé parcourir votre blog qu'on pourra trouver à l'adresse suivante :
      http://motohama.blogspot.fr/

      Supprimer