jeudi 20 décembre 2012

Quel dernier vin déguster avant la fin du monde ?

Le calendrier Tzolk’in des Mayas est formel, et tous les scientifiques l’attestent : le vendredi 21 décembre 2012 (4 ahau 3 kankin dans le calendrier Maya) est un jour remarquable qui marquera la fin d’un cycle de 5 125 années. Lien : les Mayas, le calendrier et le 21-12-2012 (vidéo du CNRS)
Fin d’un cycle, fin du monde ? Ou début d’un cycle nouveau…

Codex Maya
Dans le doute je me suis dit qu’il fallait me préparer à l’éventualité d’un point final. Comme d’habitude, je m’y prends toujours au dernier moment et je n’aurai pas le temps de finir tout ce qu’il me reste à faire. Embrasser tous ceux que j’aime. Remercier ceux qui m’ont aidé à grandir. Accompagner mes enfants vers leur vie d’adulte. Finaliser mes projets professionnels. Faire une méga teuf avec tous mes amis… Et, choisir le dernier vin que je veux déguster. Car je ne voudrais pas partir sans, une dernière fois, boire un grand vin.
Un grand vin rouge bordelais sombre et puissant, aux tanins mûrs et fondus et à l’incomparable complexité aromatique ? Peut-être un Château Margaux 1982. Ou alors un Yquem 1959. Rond, gras, dense et opulent et en même temps plein de fraicheur. A la fois fleurs blanches, agrumes, et abricot confit et encaustique. Peut-être encore l’un de ces grands blancs de Bourgogne aux arômes noisette, acacia et touches beurrées avec une note de brioche, sur une bouche volumineuse et grasse avec une touche de minéralité. Un Montrachet 2005 du domaine des Comtes Lafon. Ou bien tant d’autres grands vins encore qui se bousculent dans mes papilles. Le choix s’avère difficile.
A bien y réfléchir, je sais quel est le vin idéal.
Un vin dans lequel le producteur aura mis toute son énergie, toute son application, toute sa passion. Un vin vrai. Un vin qui raconte une histoire, une aventure humaine. Un vin d’émotion. Un vin techniquement parfaitement maitrisé, mais pas un vin technique, pas un vin moderne. Pas un vin de cépage w, de levure x, de barriques y et de consultant z. Plutôt un vin qui raconte son sol, le climat qui lui a donné naissance et les choix des hommes qui l’ont enfanté et élevé. Pas obligatoirement un vin parfait, mais un vin pour lequel l’homme se sera investi pour approcher la perfection. Un vin qui a de l’âme et de l’humanité.
J’ai de la chance car des vins comme ça, j’en connais beaucoup. Il y en a de nombreux de par le monde, et dans notre vignoble de France tout particulièrement. Des vins de vignerons, des vins de paysans, des cuvées de caves coopératives… Des vins d’artisans, des vins d’artistes. Des œuvres d’art, des vins uniques. Des vins d’Hommes, qui lorsqu’on les déguste permettent d’approcher le divin.
Des vins comme ça, célèbres ou méconnus, starifiés ou modestes, vous en connaissez sûrement. Sachez les apprécier et les reconnaitre à leur juste valeur. Les hommes qui les ont élaborés pour vous, méritent votre reconnaissance. Ouvrez chaque bouteille avec émotion, comme si c’était la dernière.
Et rendez-vous dans le monde d’après

2 commentaires:

  1. qui a inventer cette connerie le mec il devait etre bourre

    RépondreSupprimer
  2. le 21 decembre 2012 jour comme d'habitude c'est un ivrogne il etait scotcher a sa bouteille

    RépondreSupprimer