dimanche 7 octobre 2012

L'ennemi public N°1

 
 
Tueur de la Qualité
Voleur de Couleur
Destructeur d’Arômes
Dévastateur de goût

 
Il se cache dans les parcelles humides, paquets de raisins, végétation non-traitée spécifiquement.
Il se développe ces jours derniers à la faveur de baies qui éclatent et libèrent du jus sucré dont Botrytis se régale.
Cherchez bien ! Il se cache probablement chez vous !
 
L’occasion de rappeler que le choix de date de vendange est affaire de compromis.
Le maximum de sucres, mais sans dépasser des valeurs infermentescibles.
Le minimum d’acide malique, mais sans dépasser des pH trop élevés.
Le maximum d’arômes de fruits mais sans aller vers le fruit cuit.
Le maximum d’anthocyanes au maximum extractibles.
Le minimum d’extractibilité des tanins de pépins.
Le maximum de concentration, mais sans aller vers des rendements trop faibles.
Le maximum de dégradation des pellicules, mais sans aller vers une fragilisation excessive, porte grande ouverte à une pourriture grise qui peut devenir explosive.
 
Dans cette recherche du bon compromis, il faut faire la balance entre ce que l’on peut gagner à attendre et ce que l’on peut perdre. Si le gain est supérieur au risque, on peut attendre. Quand le risque devient prépondérant, il ne faut plus jouer. Si les sols continuent à rester humides cette semaine, comme la semaine passée, c’est Botrytis qui gagnera la partie. Sauf si vous faites les bons choix.

2 commentaires:

  1. La chasse est ouverte...

    RépondreSupprimer
  2. ... ce n'est plus une chasse. C'est une course contre la montre !

    RépondreSupprimer