lundi 15 septembre 2014

2014 : un millésime plein de promesses

Après un hiver particulièrement pluvieux qui a vu la Gironde sortir de son lit sur les quais de Bordeaux, le printemps doux et sec a permis une bonne floraison. Juillet et août maussades, n'ont pas gâtés les touristes pourtant de plus en plus nombreux sur le littoral et dans nos vignobles. Le temps frais et pluvieux, a favorisé la pousse de la vigne mais ralenti la véraison. Heureusement, septembre cède la place à un magnifique été qui rend le sourire à tout le monde et laisse espérer un beau millésime. Revue de détails de la genèse du millésime 2014 à Bordeaux :
 

          CLIMATOLOGIE 2014 - Station de Saint-Emilion          (Source : Chambre d'Agriculture Gironde)
 
en Rouge : données mensuelles
en Jaune : moyenne des 30 dernières années

 Un hiver doux et très arrosé

Si la première moitié de décembre est froide et sèche, l’hiver sera doux, avec très peu de gelées. Janvier et février sont doux et particulièrement arrosés, avec 1/3 de précipitation de plus par rapport à la moyenne des 30 dernières années. Il pleut pratiquement tous les jours. Les sols sont gorgés d’eau et certaines parcelles inondées pendant plusieurs semaines, rendant l’accès pour les travaux du sol impossible.
Mars est conforme aux moyennes trentenaires et permet le ressuyage des parcelles.
Le débourrement a lieu dans les premiers jours d’avril. Le mois est doux et permet un bon développement de la vigne qui présente 1 semaine d’avance sur une année standard. La sortie apparait bonne et régulière. Néanmoins, les sols gorgés d’eau et des nuits froides entrainent des problèmes d’absorption racinaires avec des carences et un feuillage un peu pâle.
 
Une floraison précoce

La première partie de mai est douce et sèche, puis s’installe un temps plus frais et plus humide, avec des orages localisés accompagnés de grêle. En moyenne le mois est frais (-1,3 °C) et sec (- 26%).
Juin est chaud (+1,4°C) et sec (-18%) et encore une fois marqué par des orages violents chargés de grêle avec des dégâts importants (Nuit du 8 au 9 juin : Nord Médoc – 2 000 ha touchés dont 500 ha touchés à plus de 80%). Lien : Je pense au Bas-Médoc, je pense à Courrian…

La floraison débutée fin mai, en secteur précoce, est rapide et homogène. Elle se déroule en période favorable, chaude et peu humide. On observe néanmoins un peu de coulure dans certaines situations.

Mi-Floraison pour le Merlot : 03 – 14 juin selon la précocité des secteurs.

Les données du capteur de pollen de Saint-Emilion montrent une pollinisation importante qui devrait se traduire par des rendements généreux.  

 

 


Une véraison au ralenti
 
Juillet, proche des moyennes trentenaires laisse une impression  de mauvais temps, car il pleut régulièrement tout au long du mois, avec des orages violents parfois accompagnés de grêle (19 juillet : Sauveterre de Guyenne et Targon : 300 ha touchés à 50%). Même lorsqu’il ne pleut pas, l’humidité est importante (humidité moyenne > 70%). Ce temps chaud et humide, quasi tropical, favorise la pousse active de la vigne, au détriment de la véraison et de l’aoutement des bois.  Il est également favorable aux maladies : mildiou, botrytis et pourriture acide.
En août, dans un climat toujours chaud et humide, la vigne ne subit aucune contrainte et continue à pousser, au détriment de la véraison. Cette situation entraine une perte de l’avance observée au printemps ainsi qu’une certaine hétérogénéité au sein d'une même parcelle, entre les pieds et entre les grappes d'un même pied.
Encore des orages localement accompagnés de grêle au cours de ce mois.
La véraison débutée fin juillet, en secteur précoce, est particulièrement lente, et s’étale sur plusieurs semaines.

Mi-Véraison pour le Merlot : 03 – 20 août selon la précocité des secteurs.
 
Une fin d'été pleine de promesses
 
A partir de fin août, un temps chaud et sec s'installe. Le stress hydrique engendré stoppe la pousse et arrête la propagation des maladies. Les chaleurs importantes la journée alternent avec des nuits froides, favorisant la maturité et laissant espérer un beau millésime.

Précocité : 2014 apparait de précocité standard. La récolte des blancs a débutée vers le 05 septembre et les vendanges des Merlots en secteur précoce devraient commencer vers le 20 - 25.
Les observations des stades phénologiques de la vigne (Floraison et Véraison) permettent de prévoir des dates théoriques suivantes :
 
Quantité : Une floraison dans de bonnes conditions ; des arrosages réguliers toute la saison ; des baies de taille importante : la récolte devrait être généreuse avec près de 5,5 millions d'hectolitres pour le Bordelais. 

Qualité : Les semaines à venir seront déterminantes. 2014 sera bon si le bel été indien actuel se poursuit. Il pourrait se révéler plus moyen avec le retour de la pluie...
Pour l'heure, soyons patients, laissons le raisin mûrir à point tout en restant vigilants. Rendez-vous en novembre pour une première impression du nouveau millésime, après 2 mois de travail passionnants...

dimanche 7 septembre 2014

Bulles de Vin

Vous connaissez mon intérêt pour les BD qui ont pour cadre l’univers du vin. C’est un moyen d’amener à s’intéresser au vin, des lecteurs qui ne connaissent pas cet univers. De plus en plus d’auteurs de BD s’intéressent au monde du vin aujourd’hui. Eric Corbeyran et Benoist Simmat font partie des pionniers, mais il y en a bien d’autres. Voici mes dernières lectures.
 
La ROMANÉE CONTÉE (scénario Benoist SIMMAT / dessins Philippe BERCOVICI)
Septembre 2014. Clos de Vougeot. Chapitre de la Confrérie des Chevaliers du Tastevin. Aubert de Vilaine (gérant du Domaine de la Romanée-Conti) est l’invité d’honneur. Au cours de la cérémonie, il disparait mystérieusement. L’enquête est confiée à Arsène Pinot du commissariat central de Lyon. Elle nous conduira depuis les domaines bourguignons jusqu’aux confins de la Chine en passant par Hong-Kong et Macao.
Comme toujours (voir les précédentes BD du duo Simmat/Bercovici  lien), le scénario est de grande qualité. Sous le prétexte d’un ouvrage léger, Benoist Simmat nous offre une enquête passionnante. A chaque fois on apprend beaucoup. Ici, les thèmes sont la biodynamie, l’ouverture de la Chine à la civilisation du vin, et bien sûr, le mythique DRC, qui nous dévoile certains de ses secrets. Lieux et personnages connus, caricatures de qualité… on retrouve les ingrédients des précédentes BD/enquêtes. Je regrette juste l’ironie et l’humour habituels, un peu absents ici. Je suis néanmoins impatient de lire le prochain ouvrage de nos 2 compères.

LA DAME de pomerol (scénario Benoist SIMMAT / dessins Philippe BERCOVICI)
Luminarc®  Arcopal®  Chef&Sommelier®  Cristal d'Arques® … vous connaissez tous ces grandes marques de la verrerie française. Catherine Péré-Vergé en était l’héritière. Après avoir commencé sa carrière dans la verrerie familiale dans le nord de la France, elle se passionne pour le vin et acquière plusieurs vignobles à Pomerol. Chateaux Montviel, Le Gay, La Violette… Elle en fera des joyaux de l’appellation. Cette BD est une commande de son fils ainé, suite à son décès au printemps 2013. Un bien bel hommage !
La BD étant difficile à trouver dans le commerce, vous pouvez la commander  .
 

PREMIERES VENDANGES (scénario WANDRILLE / dessins Anne-Lise NALIN)

Septembre. C’est le début des vendanges à Mercurey. Les levés matinaux, les courbatures, les batailles de raisin, les soirées arrosées… Cadre idéal pour amourettes estudiantines…
Je dois avouer que j’ai peu aimé cette BD. L’ambiance des vendanges bourguignonnes est plutôt bien rendue, mais le scénario m’a peu intéressé, et je n’aime ni le style narratif, ni les dessins. Un album qui devrait plutôt plaire aux filles.


 

LE GANG DES PINARDIERS (scénario Thierry DUBOIS / dessins Jean-Luc DELVAUX)
Années 50. N7 près de Montélimar, un camion-citerne transportant du vin disparait. Puis 2 autres quelques jours plus tard. Le journaliste Jacques Gipar mène l’enquête, entre le Rhône et les entrepôts de Bercy.
La véritable star de cette aventure n’est pas le vin. Ce sont les voitures, les camions… merveilleusement dessinés. La nationale 7 aussi, avec ses bars, ses routiers, ses stations-services, ses petits hôtels, ses publicités d’époque… On s’y croirait. Un dessin efficace. Une ligne claire qui n’est pas sans rappeler Hergé. Une enquête à la Tintin. J’ai beaucoup aimé.
5 tomes sont parus dans la collection Une aventure de Jacques Gipar, retrouvez-les  ici.
Le Gang des Pinardiers en vidéo :
 
 LE VIN son histoire, ses terroirs, ses secrets (scénario Murielle ROUSSEAU / dessins Sylvain FRECON)

Le Professeur FAQ et son assistante Stella nous entrainent dans une enquête à la découverte du monde fascinant du Vin. Ils vont tout nous expliquer : le terroir, l’histoire, la classification des vins, la culture de la vigne, la vinification, la dégustation… Répondre à toute nos questions : C’est quoi une AOC ? C’est quoi une vigne ? C’est quoi un cépage ? Comment fait-on le vin ?
Cette BD est vraiment remarquable ! Réalisée en partenariat avec le magazine Ça m’intéresse elle mêle avec efficacité, précision scientifique et pédagogie. Un vrai cours de faculté. Mais un cours agréable, teinté d’humour. Du grand art ! Un must ! J’ai adoré !
LA BD à offrir à tous ceux qui s’intéressent au Vin.




 
 
2 nouveaux albums, attendus depuis 1 an, sortent cette semaine. A ne pas manquer !
 
châteaux Bordeaux  5 - Le Classement (scénario Eric CORBEYRAN / dessins ESPE)

Avant dernier épisode des aventures d’Alexandra Baudricourt et du Château le Chêne Courbe. Le Bordelais, ses lieux familiers, ses personnages connus… Les secrets de famille, les luttes de pouvoir… Eric Corbeyran sait mieux que quiconque raconter avec justesse, l’univers du vin de Bordeaux et les subtilités du microcosme local.

 



IN VINO VERITAS  2  (scénario Eric CORBEYRAN / dessins Luca MALISAN)

Tessa à la tête d’un petit domaine de vin bio en Toscane et Lionello, PDG d’une importante société leader des vins technologiques, sont frère et sœur. Tout les oppose. Mais quand le vignoble de Tessa subit une attaque de parasites, alors qu’elle vient de subir un grave accident, son assistant fait appel à Lionello. Le frère et la sœur vont-ils réussir à se réconcilier ?
Eric Corbeyran nous emmène en Toscane pour une nouvelle saga vinicole superbement mis en image par Luca Malisan.

dimanche 31 août 2014

Comment Google a failli supprimer mon blog… et comment il a été sauvé par la fée Hélène

J’ai créé mon blog il y a 2 ans.
A cette occasion, j’ai enregistré le nom de domaine oenoblogue.com. Il m’en a couté 12,30 $ pour 1 an.
L’année dernière, le renouvellement s’est fait quasi automatiquement. Google m’a envoyé un message de renouvellement et je n’ai eu qu’à cliquer sur un lien pour le valider. Mais c’était trop simple…
Cette année j’ai reçu le message suivant :
Une nouvelle fois j’ai cliqué sur le lien. Il menait à une page d’identification où j’ai eu beau entrer mon adresse email et mon mot de passe… RIEN. Cela ne menait nulle part ! J’ai essayé et réessayé et encore et encore… RIEN.
Les jours passaient. Je voyais la date fatidique arriver. Et avec elle le spectre de voir mon blog disparaitre, avec tout ce qu’il contient. Mes posts, mes photos… Tout le temps que j’y ai mis, tout le travail, toute la passion…. et tout l’amour aussi… Et puis vos remarques, nos échanges… NON, je ne pouvais m’y résoudre. Alors je m’y suis remis. Je suis allé dans le Centre d’Aide Google Apps. J’ai suivis les recommandations, les liens… J’ai appliqué les procédures. Des procédures longues, fastidieuses… Un vrai labyrinthe ! Je me suis appliqué. J’y ai passé pas mal de temps… Mais à la fin : RIEN. Impossible d’accéder à mon compte.


Et puis ce qui devait arriver arriva. Un beau matin, en me connectant, il n’y avait plus rien. Juste un message disant que le blog n’existait plus. Google avait supprimé mon blog !
En dernier recours, je décidais de contacter Google pour voir comment me sortir de ce mauvais pas. J’avais peu d’espoir. Google n’allait certainement pas s’intéresser au problème d’un modeste petit bloggeur… J’ai pourtant reçu une réponse à mon mail. Mais ce n’était qu’un accusé de réception, de l’équipe de Support Google Apps portant le numéro de dossier 04658217 : 
Toujours peu d’espoir.
Le lendemain pourtant, un 2ème email, signé cette fois-ci par une certaine Hélène de Google Enterprise Support, me proposait une procédure pour accéder à mon compte. J’avais déjà essayé cette procédure qui bien sûr, une nouvelle fois, ne mena nulle part. Mais le mail finissait par ces mots : 
Je répondais donc en laissant mon numéro de portable, toujours sceptique.

Alors que je déjeunais mon téléphone sonna. C’était Hélène. Une voix agréable, douce.
Elle m’invita et je la retrouvais devant mon ordinateur. Une procédure d’écrans partagés, et Hélène voyait tout ce que je faisais. Elle m’expliqua. Me guida. Ensemble nous essayâmes plusieurs procédures. Guidé par la voix envoutante d’Hélène c’était facile. Et en peu de temps nous trouvions la solution.
Cela faisait des semaines que j’essayais de résoudre mon problème. Que je me perdais dans les dédalles des aides, des procédures et autres utilitaires de Google. Labyrinthes sombres et terrifiants qui ne menaient qu’à la disparition de mon blog. Et c’est là qu’elle apparut, telle une fée venue à mon secours. Et comme par magie, tout fut résolu. A nouveau, mon blog oenoblogue.com peut vivre. 

Je tenais à remercier Google pour la qualité de leur service support. Je dois avouer que j'ai été bluffé ! Et un merci tout particulier à la fée Hélène pour son efficacité et sa gentillesse !
Une pensée également à ceux qui m'ont contacté, inquiet de ne plus pouvoir se connecter à mon blog.

Si une telle mésaventure arrivait à l’un d’entre vous, vous trouverez la solution du problème ici .
(Cette solution est rapide et efficace, mais vous ne pourrez pas rencontrer la fée… A vous de choisir)

En cherchant (en vain) une solution à mon problème sur internet, je me suis rendu compte que nombreux étaient ceux qui avaient connu la même mésaventure, comme par exemple :
20minutes        TF1        Sony

lundi 2 juin 2014

Citadelles du Vin 2014

Pour la 7ème année consécutive, j’ai participé au concours international des Citadelles du Vin. Une dégustation des plus intéressantes et des plus agréables.

Citadelles du Vin est un concours international appliquant les normes de l’OIV. C’est le seul concours français membre de la fédération des grands concours internationaux VINOFED.
En 2014, le concours a réuni 1081 vins et eaux de vie (699 rouges, 219 blancs secs, 84 effervescents, 41 rosés, 28 blancs doux et 10 VDN/VDL), issus de 28 pays. France, Portugal et Espagne arrivent en tête, suivis par le Chili, l’Italie et la Hongrie. Mais on a pu également déguster des vins d’un peu partout dans le monde, comme par exemple Israël, la Moldavie ou le Japon. Les vins participant au concours représentent un total de 83 millions de bouteilles d’une valeur totale supérieure à 1 milliard d’euros !
Pour juger la qualité de ces vins, 50 dégustateurs internationaux issus de 18 nationalités. Leur mission : Apporter leur expertise de professionnel, respecter les règles de la charte de dégustation, être les garants qualitatifs du concours, et être les ambassadeurs des Citadelles du Vin.
 
Toutes les informations sur le concours 2014 :  Les Citadelles du Vin
 
Retrouvez tous les résultats du Concours des Citadelles du Vin 2014 :  Médailles 2014
Retrouvez le palmarès des Prix Spéciaux (FIJEV Brésil - Malbec et Prix par Pays) :  Prix Spéciaux 2014
 
 
Au cours des 3 jours de dégustation, j‘ai eu l’occasion de déguster 5 séries. La dégustation a pour objectif de récompenser les vins les plus agréables, c’est-à-dire ceux présentant une attractivité globale et une qualité maximale pour le plaisir du consommateur. La dégustation est bien-sûr, effectuée à l’aveugle. La notation sur 100 points avec la grille de récompenses suivante :
Fiche de dégustation Citadelles du Vin


  NOTATION      RECOMPENSE
     < 85   Vin moyen : pas de récompense
     entre 85 et 88   Bon vin : Médaille d’ARGENT
     > 88   Très bon vin : Médaille d’OR
 


Vidéo : Tous les secrets des Citadelles du Vin
https://www.youtube.com/watch?v=pGNIAIYuclk
Cliquez pour voir la vidéo 
 
 
Série 1 : 15 vins blancs secs - Notation 77/89
Une série de vins blancs irréprochables sur le plan technique mais manquant de caractère. Des vins souples et frais, plaisants mais simples et sans grande personnalité. Une seule médaille unanime (médaille d’Or) pour un vin où un boisé discret apporte de la complexité aromatique, du volume en bouche et de la longueur.
Il n’est pas facile de déterminer l’origine de cette série. Les cépages varient et m’évoquent souvent le Chardonnay, mais sans malo et la plupart du temps sans bois. Au jeu des devinettes, je tente le Sud de la France. Il s’agit en fait de vins de Grèce, de Chypre, d’Italie et de Géorgie.
 
Série 2 : 15 vins rouges - Notation 77/91
Une série homogène de vins rouges présentant de belles couleurs soutenues, des nez de fruits mûrs et de boisé, avec des notes de fraicheur. Les bouches sont rondes, souples et fondues ; l’ensemble équilibré. Certains ont des nez végétaux ; les meilleurs beaucoup de fruit et de rondeur. 1 vin noté 77 (végétal) et 1 autre 91 (belle complexité). Tous les autres notés entre 82 et 89 ; les moyennes des 5 dégustateurs tendant toujours vers 85/86, soit médaille d’Argent.
Ces vins me font penser au Chili. Gagné : Chili – Central Valley.
 
Série 3 : 15 vins rouges - Notation 73/86
Série de rouges de concentration moyenne, assez homogène. Nez de fruits cuits et de boisé dominant. Les attaques de bouche sont rondes mais les finales vives et sèches. Vins sans équilibre donc sans plaisir. Aucune médaille dans cette série.
Tout cela m’évoque le Portugal, voire le Sud de l’Espagne. Et bien tout faux ! Ce sont des vins de Bordeaux. Et j’ai du mal à le croire !
 
Série 4 : 15 vins rouges - Notation 72/89
Une série de vins rouges de petites structures. Les nez sont plaisants avec des notes de fruits rouges frais ou cuits, évoquant le pinot noir, ou alors des notes végétales évoquant le cabernet franc. Les finales sont courtes ; l’ensemble peu excitant. 1 médaille d’Or, 2 médailles d’Argent.
Je n’ai pas d’idée de l’origine de ces vins. Réponse : Japon, Chine, Roumanie et Macédoine. Pinots noirs, cabernets et merlots.
 
Série 5 : 15 vins rouges - Notation 74/91
Une belle série de vins rouges sombres et denses. La dominante aromatique est boisée, même si certains sont parfois fermés. Beaucoup de rondeur et de sucrosité en bouche. Beaucoup d’équilibre. De jolis vins !
Cela m’évoque l’Australie. Eh bien non : Portugal de l’Alentejo et de Beiras.
Un coup de  pour un vin à la structure particulièrement riche et aux tanins d’une superbe maturité. Il s’agit d’un Petit Verdot d’Alentejo.
 
Série 6 : 12 vins rouges - Notation 78/88
Une série de vins rouges très ouverts, très mûrs, voire surmûrs et parfois oxydatifs. Beaucoup de bois qui apporte sucrosité et fondu, mais souvent une vivacité qui casse un peu la finale. C’est pas mal, mais pour moi imparfait en terme d’équilibre.
Cela m’évoque souvent le tempranillo et me fait penser à l’Espagne, plus précisément, la Rioja.  Gagné ! Tempranillo, Rioja et Navarra.
 
Série 7 : 15 vins rouges - Notation 79/89
Une série de vins rouges techniques évoquant les Cabernets et les chips. C’est souvent poivron grillé, ce qui n’est pas trop mon style. Les meilleurs sont poivrons doux avec notes de torréfaction et une bonne sucrosité.
Cela m’évoque l’Australie. Perdu. Si on est bien dans les Cabernets et la Carménère, on est au Chili (Central Valley) et au Pérou.

jeudi 22 mai 2014

Coupe des Crus Bourgeois du Médoc 2014 : Chateau Labadie vainqueur



La Coupe des Crus Bourgeois est organisée depuis 2011 par l’Alliance des Crus Bourgeois, en partenariat avec le magazine Le Point. La Coupe 2014 s’est tenue à Paris, aux Caves Lavinia, sous le parrainage de Alain Dutournier, chef du restaurant le Carré des Feuillants. Au menu, 183 Crus Bourgeois du Médoc (appellations Médoc, Haut-Médoc, Listrac, Moulis, Margaux, Pauillac, Saint-Estèphe et Saint-Julien) dans le millésime 2011. Et 28 dégustateurs - sommeliers, cavistes, acheteurs GD, journalistes… - pour les départager. Consulter la liste des dégustateurs

Après plusieurs tours de dégustation où seulement 1 vin sur 2 est retenu, 12 vins ont été sélectionnés. Les 12 meilleurs Crus Bourgeois du Médoc 2011. Plus de détails sur le mode de sélection
Ces 12 lauréats ont ensuite été dégustés une nouvelle fois par un super jury présidé par Alain Dutournier, afin de désigner le gagnant de la Coupe 2014.


Les 12 lauréats de la Coupe des Crus Bourgeois 2014 : 
          Château Belle-Vue Haut-Médoc
          Château Cap Léon Veyrin  Listrac-Médoc
          Château Castera Médoc 

          Château Labadie Médoc
          Château Le Crock  Saint-Estèphe
          Château Fontis Médoc
          Château Lilian Ladouys Saint-Estèphe
          Château Maucamps Haut Médoc
          Château Mongravey Margaux
          Château Moulin de Blanchon Haut-Médoc
          Château Peyrat-Fourthon Haut-Médoc
          Château Tour Séran Médoc



Lors de la remise des prix à Bordeaux, au CIVB, Jacques Dupont (journaliste Vin au magazine Le Point) raconte que cette Coupe 2014, lors de laquelle ont été dégustés les 2011, a donné lieu à une très belle dégustation.
Les 12 finalistes étaient tous de très jolis vins et chacun d’entre eux aurait pu être le vainqueur. Ce sont des vins référents du Médoc, souvent déjà sélectionnés les années précédentes, et souvent déjà mis à l’honneur dans les sélections du Point. Parmi ces très bons vins, l’un a finalement – après plusieurs dégustations et redégustations pour arriver à départager les finalistes – émergé au-dessus du lot. Un vin avec un supplément d’équilibre, de fraicheur et de croquant : le Château Labadie. 


Frédéric de Luze, Jérôme Bibey, Olivier Bompas et Jaques Dupont
Pour Jérôme Bibey, propriétaire du Château Labadie, le premier sentiment à l’annonce du résultat est la ’’fierté’’ ; ’’Même si j’ai un problème avec ce mot, car ma famille est plutôt humble. Mais je suis content. Je pense à mon père qui a préféré rester dans les vignes cet après-midi plutôt que de venir à la réception’’.
Au sujet de ce millésime 2011 : ’’2011 a été une année difficile où nous avons connu la grêle et produit de petits rendements. Ce millésime nous a demandé énormément de travail notamment pour conduire l’élevage. Cette Coupe est une vraie récompense de nos efforts’’.



Jérôme Bibey partage la Coupe avec Stéphane Courrèges

Jérôme associe à cette reconnaissance son consultant Stéphane Courrèges : ’’Stéphane et moi formons une bonne équipe. Nous nous ressemblons : passionnés autant que discrets’’. 

Mon collaborateur Stéphane Courrèges et moi-même sommes très heureux et très fiers pour Jérôme et ses parents, qui méritent tout particulièrement les encouragements que lui apporte cette reconnaissance.



mardi 13 mai 2014

Concours Mondial de Bruxelles – 20ème anniversaire

JOUR 3  #cmb2014 

La dégustation 

Chaque jury déguste une 50aine de vins par matinée, répartis en 4 séries. Les vins sont bien évidemment dégustés à l'aveugle, leur identité n'étant révélée aux dégustateurs qu'à la fin de chaque matinée.
Les vins sont jugés selon un barème de notation sur 100 points : 

 
NOTATION
   RECOMPENSE
   < 83
Vin moyen : pas de récompense
   entre 83 et 86,5Bon vin : Médaille d’ARGENT
   entre 86,6 et 91Très bon vin : Médaille d’OR
   > 92
Vin de très grande qualité : Grande Médaille d’OR


Chaque journée de dégustation commence par un vin de "mise en bouche" qui permet aux dégustateurs de se caller. Par ailleurs, les organisateurs (petits farceurs) insèrent chaque jour un échantillon en double dans une série, afin de tester la reproductibilité des dégustateurs. On le voit, peu de place au hasard au Concours Mondial de Bruxelles. La sélection est très pro.

Retrouvez tous les résultats du Concours Mondial de Bruxelles 2014 :  Médailles 2014
 

Mallory de l'Ecole d'Hôtellerie de Louvain
ü  3 matinées de dégustation
 ü  151 vins dégustés
 ü  5 pays d’origine – 15 régions viticoles :
  §  Afrique du Sud : Coastal Region – Western Cape
  §  Espagne : Balears - Castilla la Mancha - Cataluňa
  §  France : Languedoc Roussillon – Sud Ouest – Val de Loire – Vins de France
  §  Italie : Campania - Emilia Romagna - Toscana - Veneto
  §  Portugal : Lisboa - Porto E Duro
                ü  32 appellations
ü  4 coups de  :
§  Blanc / Italie : Furore Bianco Fiorduva 2012 DOC Costa d’Amalfi
§  Rouge / Italie : Bursôn Ravenna Rosso Tenuta Uccellina Russi 2008 IGT Emilia-Romagna
§  Rouge / Italie : Tenuta Sant’Antonio Campo dei Gigli 2008 DOC Amarone della Valpolicella
§  Rouge / Afrique du Sud : Kasteelberg Shiraz 2012 Swartland, Coastal Region

  

Série 1 : 8 vins blancs secs - Notation 68/94
Une série de vins blancs un peu moyens car manquant dans l’ensemble de caractère. Les meilleurs sont souples et frais ou plus ronds, avec de l’équilibre, voire de l’élégance.
Je n‘ai aucune idée ni des cépages, ni de l’origine. Au filling, je dirai Europe de l’est. Il s’agit en fait de vins d’Italie du Sud, essentiellement Campanie.
Un vin coup de  : Furore Bianco Fiorduva 2012 DOC Costa d’Amalfi 

Série 2 : 11 vins rouges - Notation 76/89
Une série hétérogène de vins rouges jeunes. Les meilleurs sont ronds et frais avec beaucoup de fruits (fruits rouges, petits fruits noirs) et très peu de bois. Vins simples mais croquants et très agréables. Les autres sont un peu moyens et manquent de caractère.
Je ne suis pas sûr d’où ces vins peuvent venir mais ils m’évoquent le Languedoc. Il s’agit de vins d’IGP Oc du cépage Merlot. 

Série 3 : 16 vins rouges - Notation 77/95
Une belle série ! Des vins riches et puissants mais aussi ronds avec une bonne sucrosité et une belle complexité. Les meilleurs sont denses, mûrs, longs et d’une belle harmonie.
Je n’ai pas d’idée de leur origine. Il s’agit de vins italiens de bursôn de la région de Ravenne en Emilie-Romagne.
Un vin coup de  : Bursôn Ravenna Rosso Tenuta Uccellina Russi 2008 IGT Emilia-Romagna

Série 4 : 16 vins rouges - Notation 75/86
Une série un peu terne, avec des vins sans reproche mais sans charme. Peu de complexité aromatique, avec souvent un boisé dominant. Les bouches sont moyennement structurées avec des finales acides.
Je tente une origine espagnole. Il s’agit bien de vins espagnols d’appellation Valdepeňas en Castilla-la-Mancha.
Un test de reproductibilité avec 1 échantillon en double dans la série. J’ai noté l’un 78, et l’autre 77. 

Série 5 : 9 vins blancs secs - Notation 76/88
Une série de vins blancs technologiques. Bien faits, parfaitement maitrisés, mais manquant d’expression et sans véritable âme. J’en ai néanmoins aimé 2 présentant beaucoup de fraicheur aromatique avec des notes florales et fruits à chair blanche, et des bouches souples et fraiches avec beaucoup de minéralité.
Tout cela m’évoque le Portugal. Gagné ! Vins portugais du Douro. 

Série 6 : 9 vins blancs secs - Notation 78/88
Une série de blancs très hétérogènes, manquant parfois de caractère, voire de netteté. Les meilleurs sont frais avec une certaine minéralité.
Je n’ai pas d’idée de leur origine. Il s’agit de vins espagnols de Catalogne, avec 1 échantillon provenant des Baléares. 

Série 7 : 7 vins rosés effervescents - Notation (j’ai dû m’énerver là, car j’en ai pas pris note)
Une série de vins à bulles très moyens. Bulles grossières, franchise imparfaite, manque de caractère et de précision.
Je n’ai pas d’idée de leur origine. Je pense que ce n’est pas une région traditionnellement productrice de vins effervescents. C’est probablement vrai, puisqu’il s’agit de Vins de France. 

Série 8 : 16 vins rouges - Notation 76/96
Belle série de rouges aux couleurs profondes et aux arômes de fruits mûrs et de torréfaction. Les bouches sont rondes et mûres, avec de la sucrosité et de la fraicheur apportant de l’équilibre.
Un coup de ♥ pour un vin au nez de petits fruits noirs et de chocolat noir, avec une somptueuse bouche de tanins fondus à la superbe longueur.
J’imagine une provenance Côtes du Rhône. Il s’agit en fait de vins d’Afrique du Sud du cépage syrah.
Mon coup de  : Kasteelberg Shiraz 2012 Swartland, Coastal Region.
Un test de reproductibilité : notation 85 et 88. J’ai été moins bon sur ce coup là. 

Série 9 : 9 vins rouges - Notation 78/86
Une série de vins rouges austères où les nez sont dominés par le bois, et les bouches par la sècheresse. Les vins manquent de fruit et de rondeur avec des tanins qui semblent brûlés par le soleil.
Origine espagnole ou grecque ? Eh bien non, puisqu’il s’agit de vins italiens de Toscane (Vino Nobile di Montepulciano). 

Série 10 : 11 vins blancs secs - Notation 77/88
J’ai bien aimé cette série de vins blancs technologiques, vraiment très bien faits. Des vins souples avec un taux de CO2 assez élevé apportant fraicheur et tonicité. Des expressions aromatiques d’une parfaite netteté et beaucoup de finesse. Des vins appétant que l’on a envie de boire.
Je verrais bien ces vins produits en Espagne en appellation Rueda. Il s’agit en fait de vins bien français de Côtes de Gascogne.  

Série 11 : 13 vins rouges - Notation 70/88
Une série de vins rouges marqués par un usage excessif de copeaux, plutôt mal maitrisés : brûlage fort et dominant. Les bouches sont rondes à l’attaque, puis acides, rendant les finales dures et sèches et l’ensemble déséquilibré.
Ces vins évoquent le nouveau monde. Je pense à l’Amérique du Sud mais ni à l’Argentine, ni au Chili. En fait, nous sommes au Portugal en Vinho Regional Lisboa. 

Série 12 : 13 vins rouges - Notation 68/83
Une série de rouges faible. Vins de petites structures acides et sèches. Arômes végétaux manquant de maturité, voire de netteté. Copeaux caricaturaux. Une série sans plaisir et sans aucune médaille.
Ces vins m’évoquent ce que l’on peut faire de pire à Bordeaux. Mais je ne pense pas que ce soit le Bordelais. En fait il s’agit de vins du Val de Loire.
Test de reproductibilité : 77 et 77. 

Série 13 : 13 vins rouges - Notation 79/95
Belle série de vins rouges mûrs et complexes. Arômes de fruits mûrs et de fruits cuits rehaussés de notes grillées/torréfiées. Bouches avec de la rondeur et du gras, de beaux tanins mûrs et beaucoup de longueur.
Je pense que nous sommes en Italie et je parierais sur la Toscane. Ce sont bien des vins italiens mais nous sommes en Vénétie en appellation Amarone della Valpolicella.
Un coup de  pour un vin à la superbe complexité avec un magnifique équilibre : Tenuta Sant’Antonio Campo dei Gigli 2008 DOC Amarone della Valpolicella Classico
Test de reproductibilité : 86 et 85.