samedi 30 janvier 2016

oenovoeux 2016


Je vous souhaite une excellente  ANNEE 2016 !
Douce et fraiche... ou plus dense et corsée selon vos désirs
Une année de découvertes, de sensations, de plaisirs et de surprises
Une année conforme à vos vœux les plus chers


lundi 21 décembre 2015

Twitter 1 an après ?


Il y a 1 an j’ouvrais mon compte Twitter.
J’avais longuement hésité. J’avais surtout peur de manquer de temps.
Lien : Pascal Hénot sur TWITTER : @oenoBlogue      

1 an plus tard, après 2 000 tweets et 700 followers, quel bilan puis-je en faire ?



Tout d’abord, Twitter est extrêmement facile à utiliser.
Créer mon compte et mon profil m’a pris 10 minutes.
On devient très rapidement familier avec l’environnement de Twitter. Ecrire un tweet, l’envoyer, inclure une photo, liker un tweet que l’on aime bien, chatter avec un autre twitto… tout cela est intuitif et très facile à mettre en œuvre. En gros, faire un tweet prend moins d’1 minute. Cela n’est donc pas chronophage. Le plus difficile est assurément de respecter la limite des 140 signes. Parfois un vrai casse-tête ! Généralement, j’écris mon tweet sans me soucier du nombre de caractères, puis je cherche à le raccourcir. Un excellent moyen pour travailler son français : recherche de synonymes, optimisation de la syntaxe… Même si parfois, pour gagner 1 ou 2 signes, on finit par sacrifier la langue française au niveau d’un pluriel ou d’un accord de participe…

Twitter est un excellent media(um) d’information.
Vous voulez savoir ce qu’il se passe ? Dans le monde, dans votre région, dans votre secteur d’activité, dans l’univers de vos passions… vous trouverez l’information sur twitter. Et probablement là, plus vite et plus tôt qu’ailleurs. La facilité d’envoi d’un tweet, son instantanéité permet cela. Souvent, je vois au JT du soir, une info que j’avais déjà vue plus tôt dans la journée sur Twitter. Pour bien trouver les informations qui vous intéressent, il faudra apprendre à manier les # hashtags. Mais ça aussi c’est facile.

Par ailleurs, Twitter est un excellent moyen pour se créer des contacts.
Echangez sur un sujet qui vous est cher. Soyez pertinent, original ; créez de l’information intéressante… et vous serez vite repéré par ceux qui partagent vos passions, vos idées, votre point de vue. Un like, un retweet… un nouveau follower. Nombreux sont les moyens pour les twittos qui apprécient vos tweets, de vous le faire savoir. Et puis, vous pouvez directement entrer en contact avec une personne de votre choix. Soit en la citant dans votre tweet, soit en lui envoyant un message personnel qui ne sera vu que d’elle.

Enfin, au fil des échanges, Twitter peu vous permettre des rencontres.
Quel plaisir de rencontrer In Real Life des personnes avec qui l’on a échangé de nombreux messages sur Twitter ! On partage les mêmes points de vue, les mêmes passions. On a appris à se connaitre, à s’apprécier. Et un jour, à l’occasion, d’un salon, d’une soirée promotionnelle, d’une dégustation… on peut mettre un visage sur un identifiant. Et continuer à échanger, de vive voix. Peut-être le début d’une longue amitié…

 
Twitter 1 an après ?
Des info, des échanges, de nouvelles connaissances, des rencontres… tout un monde à découvrir, auquel je ne peux que vous encourager à vous ouvrir.

Retrouvez-moi sur Twitter :   @oenoBlogue

mercredi 7 octobre 2015

2015 : un millésime pas si précoce que ça

Les conditions météo de l’année 2015 ont été très favorables à une bonne évolution de la vigne et de la vendange. Dans toutes les régions viticoles on souligne la qualité du millésime ainsi que sa précocité. Partout, on a commencé les vendanges très tôt, fin août. Fin septembre, les vendanges sont terminées en Champagne, en Beaujolais, en Bourgogne, dans le pourtour méditerranéen… A Bordeaux, si on a bien vendangé nos Crémants et nos blancs secs très tôt, la récolte des cépages rouges vient à peine de commencer.
 
La maturité serait-elle en retard à Bordeaux ?
La météo a-t-elle été moins favorable qu’ailleurs ?


2015 : un millésime au sommet
                                              

A Bordeaux, l'été 2015 a été l'un des plus chauds jamais enregistré. L'effet bénéfique sur la qualité du millésime 2015 est évident et tout le monde a compris que 2015 sera un bon millésime.
Voir  Millésime 2015 : sous les meilleurs auspices

 
 
 
Si les fortes chaleurs de juillet ont rapidement concentré les baies en Sucres et fortement dégradé les Acides, il ne s'agit là que de la maturité du jus de raisin, que l'on appelle maturité technologique. Elle est essentielle pour les vins effervescents, et importante pour les vins blancs secs et les rosés. Elle l'est beaucoup moins pour les vins Rouges.  En effet, toutes les spécificités d'un vin rouge sont contenues dans la peau des raisins. La maturité technologique n'est pas suffisante. Ce que recherchent le producteur et le winemaker est la maturité de la peau : maturité phénolique et aromatique.
                                                                                

Une Maturité Technologique précoce

Les conditions météo de l'année 2015 - chaleur et sècheresse - ont favorisé un arrêt de croissance précoce de la vigne. Après la véraison, le jus des baies s'est rapidement concentré en Sucres pour atteindre des degrés probables élevés. Les Acidités ont, elles, rapidement chuté par consommation de l'Acide Malique lors des épisodes de fortes chaleurs. Ainsi, dès les premiers jours de septembre, les différents cépages rouges ont atteint un bon niveau de Maturité Technologique, faisant de 2015 une année précoce.

Maturité au 20 septembre 2015   ©EnoSens
 
Une Maturité Phénolique décalée
Après cet été caniculaire qui annonçait le millésime 2015 comme un millésime ’’solaire’’ (à l’image de 1990 ou de 2003), le mois de septembre a été frais et légèrement arrosé, entrainant 2015 dans une fin de maturation lente (rappelant 2000 ou 2012) et un style beaucoup plus frais.
 

Le mois de septembre frais (- 2,5°C par rapport aux normales), présente vers le milieu du mois, une période humide avec une faible amplitude des températures entre le jour et la nuit (environ 10°C), qui n’a pas permis à la plante de concentrer les pellicules en Anthocyanes, ni à la pellicule de s'affiner et de devenir perméable. 





Maturité Phénolique au 20 septembre 2015 ©EnoSens


Les analyses de Maturité Phénolique indiquent pour les Merlots des pépins d'un bon niveau de maturité, un bon potentiel en couleur (Anthocyanes) mais avec une extractibilité des Anthocyanes moyenne.
 
 

Une Maturité Aromatique retardée
La dégustation des baies, très riche en informations, permet une approche très pertinente de la maturité du raisin.
Début septembre, les Merlots présentent des jus très sucrés et peu acides. La chair est encore gélatineuse et les peaux encore dures et épaisses. Les pépins deviennent bruns. Les arômes végétaux ont totalement disparus, «brûlés » par les températures élevées de juillet. L’expression aromatique est plutôt neutre.
A la mi-septembre, la chair perd son caractère gélatineux et tend à se liquéfier. Les peaux sont dans l’ensemble encore dures et épaisses. Les pépins tendent à s’aoûter, ils sont agréables avec des tanins doux, sans agressivité astringente ou amère. Les arômes de fruits frais sont dominants.
Fin septembre, les peaux sont toujours dures, les pépins sont mûrs. La plupart des parcelles de Merlot ont dépassé le stade fruit frais, et expriment soit le fruit mûr, soit sont dans un ’’vide aromatique’’ précédent le fruit mûr pour les plus tardives. Ces indications montrent que la majorité des Merlots est arrivée à maturité optimale.
Certains repoussent encore la date de récolte car les peaux toujours dures leur apparaissent comme des signes de maturité inaboutie. Mais il faut rappeler que les peaux dures sont liées aux conditions de sècheresse de l’année. Pour qu’elles s'affinent il faudrait qu’il pleuve. Ce qui n'est en aucun cas souhaitable, car cela dégraderait l'état sanitaire.
                                                                                               
Un Etat Sanitaire parfait
Chaque année, le laboratoire de l’INRA de Bordeaux (ISVV) mesure le risque Botrytis (Potentiel de Réceptivité au Botrytis - PRB) par l’analyse des constituants de la pellicule des cépages Sauvignon B et Merlot N. Les Merlots de 2015 présentent d’une part, une faible teneur en Pectines Hydrosolubles correspondant à un substrat difficilement dégradable par le Botrytis, et d’autre part une importante teneur en Tanins Pelliculaires correspondant à une bonne défense de la pellicule vis-à-vis des attaques du Botrytis. Ainsi le PRB qui correspond au rapport de ces deux données est-il particulièrement faible, ce qui correspond à un faible risque Botrytis.
Le risque de voir une pourriture grise explosive comme en 2013, apparait donc faible cette année.


Botrytis, très discret  au vignoble pendant toute la saison, est apparu suite aux pluies de début août. Il a commencé à se développer vers la mi-septembre, après une semaine pluvieuse avec des nuits douces (Températures proches de 15°C). Heureusement, l’installation d’un temps sec avec du vent d’Est a permis de bien sécher les raisins et de résorber la pourriture.
En 2015, Botrytis sera rarement le facteur limitant qui déclenchera les vendanges ; la plupart des raisins seront récoltés dans un état sanitaire parfait. 
 
 
Des Dates de Récolte "normales"
Les observations faites à la Floraison et à la Véraison permettent de prévoir les dates de récolte théoriques suivantes :


Stades Phénologiques Merlots Libournais 2015  ©EnoSens

La méthode Dyostem est une modélisation de la maturation du raisin à partir de la mesure du chargement en Sucres des baies. C’est-à-dire la quantité de Sucres synthétisée dans la baie, en s’affranchissant des variations de volume de la baie. Lorsqu’il n’y a plus de Sucres synthétisés dans la baie, on parle d’arrêt de chargement. A partir de la date d’arrêt de chargement, le modèle projette 2 dates théoriques de maturités optimales :
§  une maturité Fruits Frais, correspondant à un premier niveau de maturité favorisant l’expression du fruit et la fraicheur
§  une maturité Fruits Mûrs, correspondant à un haut niveau de maturité favorisant la complexité et le volume de bouche.

Les données Dyostem pour les Merlots 2015 du Libournais définissent les dates de maturité suivantes :
§   Fruits Frais  : à partir du 08 septembre (pour l'élaboration des vins rosés)
§  Fruits Mûrs : à partir du 16 septembre pour les parcelles les plus précoces, du 23 septembre pour la plupart des parcelles et du 27 septembre pour les plus tardives.


Dates de maturité Fruits Frais / Fruits Mûrs - Merlot 2015   © Dyostem - Vivélys

On notera le parallèle avec les dates théoriques définies selon les Stades Phénologiques.

La récolte des Merlots a effectivement commencé vers le 15 septembre dans les secteurs les plus précoces. Elle s’est intensifiée à partir du 21, avec un démarrage général vers le 25. L’état sanitaire est partout, parfait.
La taille des baies, moyenne à petite, suite au stress hydrique important de la plante pendant toute la saison, annonce des rendements légèrement déficitaires.
Partout, la qualité s’annonce magnifique.


mardi 1 septembre 2015

Millésime 2015 : sous les meilleurs auspices

La climatologie du millésime 2015 a été idéale. Une année chaude et sèche, avec juste ce qu'il faut de pluie quand il le fallait. On peut aujourd'hui être raisonnablement optimiste sur la qualité du millésime à venir.
2015 sera un bon millésime. Les conditions des dernières semaines avant la récolte feront le millésime simplement bon ou exceptionnel.


2015 : une année chaude et sèche

Nous avons tous en mémoire le bel "été indien" des vendanges 2014 : l’automne 2014 a été doux et sec ; seul novembre a eu une pluviométrie proche des moyennes. L’hiver a été froid et plus sec que la moyenne. A partir du mois de mars, l’année sera chaude et sèche, avec un déficit de pluie cumulé depuis le début 2015 de 40%.

 CLIMATOLOGIE 2015 - Station de Saint-Emilion          (Source : URAB Grézilac)

en Rouge ou Bleu : données mensuelles
en Jaune : moyenne des 30 dernières années


Un débourrement tardif
 
La première moitié du mois d’avril est fraiche, sans aucune précipitation, retardant le débourrement. A partir de mi-avril, la chaleur s'installe pour toute la saison. A la faveur de températures quasi estivales, le débourrement se généralise. La date moyenne est observée au 17 avril, soit 11 jours plus tard que la moyenne décennale (6/04). La sortie apparait homogène et régulière avec peu de fenêtres. La fin du mois, plus fraiche et plus humide ralentit la pousse. Les parcelles les plus tardives sont moins homogènes, avec quelques fenêtres.
Mai est doux et sec mais les rosées et brouillards matinaux entrainent une humidité de l’air moyenne supérieure à 70% et même à 80% dans certains secteurs. Dans ces conditions on observe, dès le début du mois, une sortie particulièrement virulente de Mildiou et surtout de Black Rot, notamment dans les secteurs les plus arrosés du Nord Gironde. Dans ces secteurs, la plupart des parcelles sont atteintes par le Black Rot, avec symptômes sur feuilles, pétioles, rameaux et même quelques symptômes sur inflorescences.

Une floraison rapide et homogène

 
 Fin mai et début juin, les températures sont douces et sans aucune précipitation pendant 20 jours. Cette période est particulièrement favorable à une floraison rapide et homogène. Seule la floraison des parcelles les plus tardives sera perturbée par quelques précipitations.
 
Mi-Floraison pour le Merlot : 01 – 15 juin selon la précocité des secteurs.
 
Les données du capteur de pollen de Saint-Emilion montrent une assez bonne pollinisation qui devrait se traduire par des rendements dans la moyenne.
Lien : Le capteur de pollen de Saint-Emilion

Juin est chaud avec près de 2 °C de plus que la moyenne trentenaire et un déficit de pluviométrie de 50 %.
L’humidité de l’air, toujours importante, est favorable au développement du Mildiou, notamment dans le Nord Libournais, où la présence de la maladie est quasi généralisée, avec parfois des pertes de récolte importantes.

 
 
Une véraison précoce et particulièrement rapide
 
Juillet est chaud (+1,5 °C) et très sec (-70 %). Les températures élevées depuis avril et le déficit de pluviométrie depuis le printemps entrainent une situation de sècheresse. Les parcelles les plus sensibles au stress hydrique présentent une faible vigueur, avec parfois dessèchement des feuilles de la base (sols filtrants, plantes). Le stress hydrique entraine un aoûtement précoce mais une véraison qui a du mal à s’enclencher. Heureusement, les précipitations dans les derniers jours du mois, après 1 mois ½ de stress hydrique, permettent de relancer les parcelles qui souffraient le plus, ainsi qu’une véraison particulièrement rapide et homogène. La ½ Véraison du Merlot est observée avec une semaine d’avance sur 2014.
 
Mi-Véraison pour le Merlot : 01 – 10 août selon la précocité des secteurs.

Août comporte une dizaine de jours de pluie répartis en début et milieu de mois (75 mm cumulés). C'est le seul mois de l'année plus humide que la moyenne (+ 20 mm). Les températures sont chaudes sans les excès des mois précédents. Les journées sont chaudes et les nuits fraiches, favorisant une bonne évolution de la maturité et laissant présager un bon millésime.
 
2015 : un millésime plein de promesses  
 
Précocité : 2015 a commencé tardif au débourrement, puis dans la moyenne à la Floraison, avant de devenir précoce à la Véraison. La récolte des Blancs a débutée dans les derniers jours d'août et se généralisera la première semaine de septembre. Les vendanges des Merlots en secteur précoce devraient commencer vers le 15.
Les observations des stades phénologiques de la vigne (Floraison et Véraison) permettent de prévoir des dates théoriques suivantes :
 
Quantité : Une bonne sortie, avec une floraison dans de bonnes conditions et une bonne nouaison, devraient entrainer une production dans la moyenne. Il y a néanmoins une perte de récolte liée aux dégâts de Mildiou et de Black Rot. Très hétérogène, elle est difficile à  estimer. Par ailleurs, la sècheresse a entrainé des baies plus petites que la moyenne et il est probable que la quantité produite dans le Bordelais en 2015 soit un peu juste, légèrement inférieure à 5,5 millions d'hectolitres. 

Qualité : Une floraison homogène ; un arrêt de croissance précoce et franc ; une véraison homogène et rapide : 2015 sera un bon millésime, l'essentiel est déjà acquis. Mais comme toujours, les dernières semaines avant récolte seront déterminantes.  Les conditions météo à venir feront de 2015 un millésime bon ou exceptionnel.
Souhaitons une fin d'été et un automne chaud et sec, favorable à la maturation du raisin et non au développement du Botrytis...

vendredi 20 février 2015

Ces créatures qui habitent nos vignobles

J’aime bien les paysages viticoles.
N’étant pas originaire d’une région viticole, j’ai vraiment découvert ces paysages sur le tard, lors de mes études d’œnologie en Bourgogne. Depuis, je me suis toujours senti bien, entouré de vignes.
Aujourd’hui j’ai la chance d’habiter dans le vignoble, d’y travailler. De voir des vignes chaque matin en ouvrant mes volets. De traverser le vignoble de Pomerol en me rendant à mon bureau. Et de passer pas mal de temps dans les parcelles au fil d’une année de travail.
Il se passe toujours quelque chose dans les vignes. Il y a toujours quelque chose à voir.
 
Ne pas déranger. Vignes en dormance rêvant au soleil du millésime 2015
 
En hiver, la vigne est toute nue. Taillée de près. Chaque pied bien rangé à côtés de ses voisins, comme dans une parade militaire. Immobile. Endormie. Rêvant au soleil du nouveau millésime à venir...
Ce n’est pas là que le vignoble est le plus joli. Il ne s’y passe pas grand-chose. Et pourtant, à y regarder de plus près, d’étranges créatures ont trouvé là refuge pour l’hiver…

 

Le Chien
Le Dromadaire



L'Elephant


Le Cheval
Le Dinosaure
 
De nombreuses autres créatures encore se cachent dans le vignoble. A vous de les découvrir...
 



mardi 10 février 2015

TOP WINE POSTS 2014 / 1

La Pinardothek  . . .


Voici mon N°1 des billets écrits en 2014 par les bloggeurs Vin ;  mon TOP WINE POSTS 2014.


Mais je dois vous faire un aveu.

Le billet que j’ai choisi n’a pas été écrit en 2014, mais en janvier 2015. De plus, ce billet ne parle pas de vin. Par contre, il a bien été écrit par un bloggeur Vin. Par une bloggeuse plutôt : Sandrine Goeyvaerts la bloggeuse Belge de La Pinardothek.

Dans ce billet sans titre, si ce n’est 3 petits points (alors que les jeux de mots de ses titres sont une spécialité de Sand), Sandrine évoque la tuerie de Charlie Hebdo. Non pas comme une passionnée de vin, mais comme une maman qui essaye d’expliquer la chose à son enfant. Aucun des écrits que j’ai pu lire n’exprime mieux la stupeur, l’hébétude, le désarmement, l’incompréhension et la peur que nous avons tous ressenti. Sandrine le dit avec des mots simples, des mots justes qui me bouleversent à chaque fois que je les lis.

 
Tout d’abord attirée par des études littéraires, Sandrine Goeyvaerts  a fait une école hôtelière car sa véritable passion était la cuisine. Rapidement elle a rejoint la salle et a fait une formation de sommelière. Aujourd’hui elle est caviste près de Liège.
Passionnée par le vin et par son métier, elle raconte ses coups de cœur et ses coups de gueule sur son blog, espace d’expression, de liberté et d’échange :  LaPinardothek . Son ton direct, son langage fleuri, son humour, son impertinence, ses références grivoises (Sand dirait cochonnes), ses prises de position… la passion qui anime cette féministe militante plaisent beaucoup et ont valu à son blog d’être désigné blog de l’année 2014 par la RVF.
  

♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥





La Pinardothek  . . .

Cet article a été publié le 08/01/2015 par Sandrine Goeyvaerts 




– Maman, il s’est passé quoi?


– Des gens sont venus dans le journal qui s’appelle Charlie Hebdo. Ils en ont  tué d’autres, plusieurs. Des journalistes, des gens qui étaient là, des policiers.


– Pourquoi?





Lire la suite sur le blog  La Pinardothek

jeudi 5 février 2015

TOP WINE POSTS 2014 / 2

Le blog d'Hervé Bizeul  Se lamenter, jamais


Hervé Bizeul est un touche-à-tout, genre superactif : restaurateur, sommelier, journaliste… il a déjà eu plusieurs vies, toutes bien remplies. Vers la fin des années 1990, il décide d’aller au bout de sa passion pour le vin en devenant lui-même vigneron et s’installe au fin fond du Roussillon. Parti de pas grand-chose, son domaine du Clos des Fées est aujourd’hui une réussite, démontrant si besoin en était, le grand potentiel des terroirs de cette belle région du Roussillon.

Sur son blog  Le blog d’Hervé Bizeul  Hervé raconte au jour le jour, son quotidien de vigneron : la vigne, le chai, les dégustations, les salons… mais aussi ses joies, ses doutes, ses humeurs, ses coups de gueule… Ses billets, écrits avec verve (plus de 1 000 billets écrits à ce jour), sont passionnants.

Dans le billet que j’ai choisi, Hervé nous explique dans le détail les arcanes de la législation kafkaïenne du vin : attestation, certificat, code, contrôle, déclaration, décret, document, droits, fiche, fichier, formulaire, numéro, registre, revendication, traçabilité…, CVI  - CRD - DAA – DAE – DPAP – DRM - SV12…. et de rêver d’un choc de simplification…

 
 

♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥



Le blog d'Hervé Bizeul  Se lamenter, jamais

Cet article a été publié le 06/12/2014 par Hervé Bizeul

 (...) Grand Tasting épuisant, merci à tous ceux qui sont venus, et Dieu sait qu’il y en avait, pardon surtout de pas avoir pu parler avec tout le monde comme nous aurions voulu le faire. Rançon du succès, dit l’adage. Mais peu de plaisir, le samedi, tant il y avait de monde… 

Retour aussi pour tenter de terminer la déclaration de récolte, à déposer avant le 9 je crois. 
 
Je ne sais pas si un jour, le cannabis sera dépénalisé et sa culture autorisée. Si c’est le ças un jour, inutile de se casser la tête, il suffira de dupliquer les règles en vigueur dans le vin pour avoir un contrôle absolu sur les producteurs. 
 
Je rappelle, pour ceux qui ne lisent pas ce blog régulièrement, la joyeuseuté de la chose. C’est toujours un plaisir de recommencer, bien que je l’ai déjà écrit, je crois, il y a quelques années.

 
Lire la suite sur le blog  Le blog d'Hervé Bizeul